Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
25
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

sur-tout la transpiration ; la surface des feuilles, qui est exposée aux rayons directs du soleil, est recouverte d’un épiderme épais qui repousse les rayons calorifères : dans les plantes herbacées, cette enveloppe est en grande partie siliceuse ainsi que dans les tiges des graminées ; dans d’autres végétaux, elle est analogue aux résines, à la cire, à la gomme, au miel ; et l’épiderme qui recouvre la surface opposée des feuilles est mince, transparente ; c’est par celle-ci que se font la transpiration et l’absorption des principes nutritifs qui existent dans l’atmosphère. Si l’on renverse cet ordre de choses si bien établi, et qu’on retourne une feuille de manière à lui faire présenter au soleil la surface qui y était soustraite, on la voit bientôt faire tous ses efforts pour reprendre sa position naturelle.

Lorsqu’une plante est morte, ou bien lorsqu’une plante annuelle a rempli sa destinée, qui se borne à assurer sa reproduction par la formation des graines ou fruits, alors l’action de la chaleur et des autres agens chimiques et physiques n’est plus modérée par aucune des causes dont je viens de parler, et elles reçoi-