Page:Chaptal - Rapport de la fête relative à la prise de Toulon.djvu/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


RAPPORT

DE LA FÊTE RELATIVE À LA PRISE DE TOULON,

Célébrée à Montpellier le décadi 30 nivôſe de l’an ſecond de la république, une & indiviſible.
Fait le primedi pluviôſe, à la Société Populaire des Amis de la Conſtitution ;
Par J. A. Chaptal, au nom du Comité de correſpondance[1].


Lorsque vous nous avez chargés de vous retracer un tableau fidèle des événemens à jamais mémorables de la journée d’hier, vous paroiſſez avoir plutôt conſulté notre zèle que nos moyens. Elles ſont encore préſentes à notre eſprit ces ſcènes touchantes d’union de fraternité, d’enthouſiaſme : nos cœurs ſont encore enivrés de ces jouiſſances ; mais toutes les facultés de notre ame paroiſſent abſorbées par le ſentiment.

Toulon livré à nos ennemis par la plus infame des trahiſons, avoir porté le deuil dans l’ame des Français : Toulon rendu à la république par l’héroïſme de nos frères d’armes, porta la joie dans tous les cœurs : & nos concitoyens n’attendoient qu’un beau jour pour confondre leur allégreſſe & réunir tous leurs ſentimens.

  1. La Société Populaire avoit adjoint au Comité Chaptal & Poujet, par ſa délibération du 29 nivôſe.