Page:Chaptal - Rapport et projet de loi sur l’Instruction Publique.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(18)

dis que dans d’autres temps l’école ne présente aucune trace d’enseignement.

6°. L’instruction, telle qu’on la donne en général, n’est point proportionnée à la faiblesse de l’élève, pour qui essentiellement elle est faite. Aussi ne voit-on dans les départemens que quelques hommes déjà instruits, qui suivent les cours des écoles centrales ; de manière que ces écoles sont plutôt des écoles de perfectionnement que des écoles d’instruction première pour les sciences.

7°. Toutes les parties de l’enseignement n’y reçoivent pas d’assez grands développemens : un seul professeur est destiné à enseigner les langues anciennes, de manière que ses leçons ne peuvent être profitables ni aux personnes instruites qui désirent se perfectionner dans leurs études, ni à ceux qui commencent.

Pour présenter aujourd’hui un bon systême d’instruction publique, il faut donc se placer entre ce qui existe et ce qui était avant la révolution. Il faut étudier, dans le passé comme dans le présent, les leçons de l’expérience, pour former, de tous les faits qu’elle nous fournira, les élémens de notre éducation nationale : c’est la marche que