Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/169

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE XIX


Madame Aquinault me fit entrer dans le salon pendant qu’Armande au fond de la pièce, cachée derrière un paravent, achevait sa toilette.

À travers le rideau de marquisette, je regardais la lumière presque palpable qui se jouait sur le côté opposé de la rue.

— Qu’est-ce que vous regardez ? me demanda-t-elle.

Je me rappelais nos soirées dans ce même salon. Dès que j’étais là, elle venait me rejoindre et c’était des baisers, des caresses, des pressions de doigts, tous les témoignages d’une affection qui pas un instant ne se démentait. Elle souriait. Ses dents avaient un chatoiement de satin entre les lignes pures de ses lèvres.

— Je suis accoutrée comme une petite fille, dit-elle en indiquant d’un geste de la tête et des