Page:Charles-Joseph Mayer, Vie de Marie-Antoinette d'Autriche, reine de France, femme de Louis XVI, 1793.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


connu d’autres amans à Antoinette, toutes les circonstances se réunissoient en faveur de Coigny. Une surabondance de santé, la figure la plus aimable, des yeux expressifs, une tournure digne du pinceau, tout cela l’avoit rendu précieux à Antoinette. Accoutumée à faire les avances, elle ne tarda pas à être heureuse. Semblable à ces femmes qui croiroient leur jouissance imparfaite, s’il y manquoit la publicité, elle afficha, pour ainsi dire, l’heure à laquelle les spéculateurs placent l’époque de sa grossesse. À un bal de l’Opéra, la Reine s’étoit masquée en capotte grise, et s’étoit