Page:Charles d Orléans - Poésies complètes, Flammarion, 1915.djvu/142

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ENVOI

     Saint Valentin choisissent ceste année
Ceulx et celles de l’amoureux party ;
Seul me tendray, de Confort desgarny,
Sur le dur lit d’Ennuieuse Pensée.


BALLADE LXVII.

     Mon cueur dormant en Non Chaloir,
Resveilliez vous joyeusement,
Je vous fais nouvelles savoir,
Qui vous doit plaire grandement ;
Il est vray que presentement
Une Dame treshonnorée
En toute bonne renommée.
Desire de vous acheter,
Dont je suy joyeulx et d’accort ;
Pour vous, son cueur me veult donner
Sans departir, jusqu’à la mort
     Ce change doy je recevoir
En grant gré, tresjoyeusement :
Or, vous charge d’entier povoir
Si chier et tant estroittement
Que je puis, plus que loyaument
Soit par vous cherie et amée ;
Et, en tous lieux, nuit et journée
L’acompaigniez, sans la laissier,
Tant que j’en aye bon rapport ;
Il vous convient sien demourer,
Sans departir, jusqu’à la mort.
     Alez vous logier ou manoir
De son tresgracieux corps gent,