Page:Charles d Orléans - Poésies complètes, Flammarion, 1915.djvu/161

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Par deffaulte, forfait ou vice.
Mais seulement la cause est telle :
Vray est que la Mort trop cruelle
À tort lui est venu oster
Celle que tant souloit amer,
Qui estoit sa Dame et maistresse,
S’amie, son bien, sa léesse ;
Et pour sa loyaulté garder,
Il veult désormais ressembler
À la loyalle turterelle
Qui seule se tient, apar elle,
Après qu’elle a perdu son per.
Si lui avons voulu donner
Congié du tout de soy retraire
Hors de nostre court, sans forfaire.
Fait par bon conseil et advis
De nos subgiez et vrais amis,
En nostre present Parlement
Que nous tenons nouvellement ;
En tesmoing de ce avons mis
Nostre scel, plaqué et assis,
En ceste présente quittance,
Escripte par nostre ordonnance,
Presens mains notables recors,
Le jour de la Feste des Mors,
L’an mil quatre cent trente et sept,
Ou chastel de Plaisant Recept.


BALLADE V.

     Quant j’euz mon cueur et ma quittance,
Ma voulenté fut assouvie.
Et non pour tant, pour l’acointance
Qu’avoye de la seigneurie