Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle est nulle. Il y a quelque temps que Tiepolo briguoit une place dans le Conseil des Dix, et Aimo ne sachant comment le faire rejeter, prit le biais, sous prétexte de bonne manière, de faire d’abord nommer un autre Tiepolo, bonhomme qui ne songeoit à rien, et à qui certainement on auroit encore moins songé. Le procurateur Tiepolo fut fort sensible à cette politesse, et retira ses cornes, parce que la loi ne permet pas qu’il y ait deux personnes du même nom dans le Conseil des Dix ; mais il jura bien de rendre à l’autre sa galanterie. Pour cet effet il fît nommer le frère d’Aimo, personnage qui avoit passé dans les plus grandes charges, podestat de Vicence. C’est une place que l’on donne aux commençants âgés de vingt ans, et c’est, à peu près, comme si l’on faisoit le premier président, avocat du roi au Châtelet. Aimo le cadet cria comme un enragé que c’étoit une berne, et qu’il n’y vouloit point aller. Il eut beau jurer, il fallut payer l’amende de 1,000 ducats, réglée contre ceux qui refusent des magistratures, et aller en exil pour un an. Il revint d’un grand sang-froid au bout de l’année ; mais le narquois de Tiepolo l’attendoit à l’affût et le fit nommer podestat de Padoue. La récidive est un peu plus chère ; elle coûte 2,000 ducats et deux années de bannissement. Aimo, pénétré de douleur, s’en alloit chercher l’argent chez lui, quand son frère le procurateur l’arrêta, lui fit entendre que ces plaisanteries là ne finiroient point et qu’il falloit qu’il allat à Padoue, lui donnant sa parole que dans six mois il le feroit nommer provéditeur-général de la mer, qui est une des plus grandes charges de l’État. En effet, cette place a été vacante dans ce temps. Nous venions alors d’arriver. Aimo l’a publiquement briguée pour son frère, et Tiepolo lui a donné pour compétiteur Loredano, homme d’une grande distinction. Vous autres, bonnes gens, auriez cru qu’il alloit tout uniment faire nommer Loredano au sénat, où sa faction étoit prédominante ; nullement, cette voie est trop simple pour ces gens-ci, et de plus le grand conseil auroit bien pu détruire son ouvrage. Le biais qu’il prit fut au contraire de faire refuser tout à plat Loredano et nommer son ennemi. Mais, quand il fut question d’aller au grand conseil, Loredano dit : « Messieurs, je viens d’avoir du dessous dans l’endroit où j’avois le plus beau