Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Mais il peut y restei“,

Tout franc, je ne crois pas que j’aille l’y chercher.


À quelques milles de là, vous trouverez,. au milieu d’un champ, entre deux poteaux, une porte de sapin fermant à double tour ; un Suisse du roi d’Espagne, Philippe second, vous l’ouvrira, à moins que vous n’aimioz mieux passer à côté ; et c’est par cette porte de dégagement que nous entrâmes dans le royaume de Naples. Le pays est joli, avec force vignobles dont les ceps sont soutenus par des roseaux ; cela fait un effet agréable. Notre journée se termina par aller coucher à Fondi, méchant bourg enfoncé dans la gorge des montages, où l’on ne trouve ni pain ni pâte, accident auquel on est cruellement sujet le long de cette route. Nous le quittâmes sans regret de très-grand matin ; et passant par Itri, autre village d’assez mauvaise mine, nous vînmes à Mola di Gaeta, très-jolie petite ville, située agréablement et en belle vue, tout au bord de la mer. Gaeta lui fait perspective à main droite. Mola est l’ancienne Formie, renommée du temps des Romains, pour ses bons vins. Je ne crois pas qu’il reste aucun autre de leurs fameux vignobles qui soit encore aujourd’hui en rapport.


Falerne et Massique qu’on laisse sur la gauche, du côté de Minturno, ne sont plus que des pointes de rochers entièrement nus et calcinés. Faute de culture et d’avoir eu soin de remonter les terres à mesure que les pluies les entraînoient de ces coteaux escarpés, les vignobles se sont dès longtemps entièrement détruits. Il y a apparence que c’est dommage, quoique ces vins ne dussent pas être propres à une débauche légère et gentille ; mais c’étoient sans doute des esprits solides et bons à connaître. Les vins de Formie, quoique inférieurs aux deux précédents, sont encore les meilleurs d’Italie, et ceux qui ont le plus de qualité après les vins du Vésuve. Ils sont fort foncés comme nos gros vins de Nuits ou de Pontac. Il faut les garder quelques années, et je ne doute pas qu’ils ne fussent excellents, si on les conservoit pendant longtemps, après les avoir faits à l’ancienne manière des Romains.

Formie produit aussi, comme autrefois, quantité d’oliviers. Son huile étoit fort vantée ; mais, pour vous dire vrai, toutes celles de la Calabre, du royaume de Naples