Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



pays ; du prince Jacci, et de don Michel Roggio, général des galères, que j’estime particulièrement pour la bonne chère qu’il nous faisoit fréquemment. C’est ici l’endroit où on la fait la meilleure ; de très-bons vins, et d’autant meilleurs que nulle part ailleurs ils ne sont supportables, pas même celui de Montepulciano, qui est âpre, plat, et mat ; du bœuf excellent, des raisins comme vous le pouvez croire, et des melons au milieu de l’hiver ; il est vrai qu’il ne tiendroit qu’à eux d’être concombres. Mais quelle langue assez éloquente pourroit dignement célébrer les louanges dos pigeons et du veau de Sorrento ! Pensez donc ce que c’est que des pigeons qui, s’avisant déjà d’être exquis à Milan, nefont que toujours croître et embellir à mesure qu’on s’enfonce dans l’Italie. Pour le veau Mongana, si vanté, si gras, si blanc et si dur, faites-moi l’honneur d’être persuadé que ce n’est qu’un fat à côté de celui de Sorrento.


Après avoir donné un temps considérable à l’examen de ce que dessus, nous allions souvent employer une partie de notre après-dînée à raisonner de physique avec l’abbé Entieri, Florentin ; quand vous verrez quelque part en Italie un homme qui a de l’esprit et de la science, dites toujours que c’est un Florentin ( voilà ce que c’est que d’avoir eu des Médicis) ; ou avec la princesse de Palombrano, qui excelle aussi en géométrie. La soirée étoit consacrée à l’opéra. Sur ce récit, vous vous figurez peut-être que le séjour de Naples nous a plu, que nous nous y sommes amusés. Nullement, il ne règne point ici un air aisé. Les assemblées n’y ont rien d’agréable ; il y a- un certain vernis de superstition et de contrainte qui se répand sur tout. Les femmes y sont beaucoup plus gênées qu’ailleurs. Toute la jalousie italienne est venue se réfu-. gier ici, oîi elle s’est crue plus à l’abri des manières des peuples septentrionaux.


Enfin, je reviens toujours avec plaisir à mes bonnes gens de Romains ; ce sont encore de tous, ceux avec qui il fait meilleur vivre et commercer : et puis cette Rome a tant de ressources ! elle est si belle, si curieuse, qu’on n’a jamais fait d’avoir tout vu.


Nous n’avons point dans ce moment-ci d’ambassadeur à Naples. Le Puizieux (dont on dit mille biens] (1), est parti,

(I) Le marquis Brolart de Paizieux, depuis ministre des affaires étrangères.