Page:Charlevoix - Histoire du Paraguay, tome 3.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

DU Paraguay, liv. X, if

4es complimens , & s'applaudifToit lui-mê- TTTTTT" me de ce qui auroit du le couvrir de con- / ' fu{ion',^lorfqu*on y fut averti que le Gou- verneur Vcnoit avec main-forte. UEvêque, qui ne pàuyoit douter que D. Gregorio n'en voulût^ à fon Neveu , dit néanmoins tout haut que c'étoit lui qu^on venoit in- fulter , fit fonner les cloches , & déclara excomn^unié quiconque entreroit chez lui à main armée. Un moment après le Gou- verneur entra , & dit au Prélat ^ (ans faire paroitre aucune émotion , qu'il ne voioit point pour quel fujet on excommunioit Tes Soldats \ puis faifiiTant le P. de Cardenas y il lui dit qu'il Tarrêtôit de la part du Roi.. Ce Religieux Ce débarraifa en jectant fon froc y centr.^ dans la maifon , car ceci fo pa$pic.dans le veftibule, prit un piftôlee* & menaça, le Gou^^neur de le tuer , s'il ne fç retiroit. Dans le même tcms un Clerc {aifit la. garde de Tépée du Gouverneur , qui la lui fît lâcher, &,fe retira bien réfo- lu de prendre mieux Ces medires une autre fois. Alors TEvêquc prononça la Sentence d'exconununication qu'il avoit déjà portée contre lui, l'étendit à tous les Soldats qui Tavoient iuivi , ^ leur in^pota à chacuii. une amende de cinquante écus pour en être relevé.

' Il fie cependant fes réflexions , quand il fut de fang froid , & il envoïa dire au Gou^ verncur qu'il étoit fort di(pofé à rabf^u-. dre. Dom Gregorio n'avoir pas tenu grand compte de la première excommunication dont i*al parlé , quoiqu'elle fut affichée à la porte de la Cathédrale ; la féconde Tinquié* Tome III. B