Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tendu avec lui-même | II avait tout simplement à veiller à ce que la musique sonnât un peu autrement que d’habitude. Ainsi comprise, la musique ne devait plus souhaiter qu’un costumier théâtral pour être acceptée comme tout à fait historique. Cette musique, considérée comme la plus riche faculté d’expression, reçut, dès lors, une mission nouvelle et extraordinairement piquante, celle de détruire elle-même l’expression qu’elle avait cherché à réaliser, expression qui, sans objet digne d’être exprimé, ne pouvait être que le néant. À force de chercher à dominer, cette expression fut de nouveau anéantie, et de telle sorte que le résultat des théories cosmogoniques qui tend à produire quelque chose avec deux négations, a été complètement atteint par le compositeur d’opéra. Nous recommandons le style d’opéra qui en est résulté à la critique allemande comme métaphysique émancipée.

Considérons d’un peu plus près cette façon de procéder. Le compositeur voulait-il se contenter d’une expression simple de sa pensée ? Il ne pouvait, avec la meilleure volonté, arriver à la formuler que par un langage musical intelligible et en