Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nous l’avons dit, a été appelée « l’émancipation des masses. »

Toute tendance artistique n’approche de sa floraison que lorsqu’elle acquiert la faculté de prendre une forme concise, claire et sûre. Le peuple qui, au début, manifeste l’étonnement que lui inspirent les merveilles de la nature par les exclamations de l’emportement lyrique, transforme bientôt, afin de vaincre l’objet de sa surprise, le phénomène naturel en dieu et le dieu en héros. Dans ce héros, image concentrée de son propre être, il se reconnaît et célèbre ses actions dans l’épopée ; mais dans le drame, il se représente lui-même. Le héros tragique des Grecs sortait du chœur et se retournant vers lui, disait : « Voyez, c’est ainsi qu’agit l’homme ; les opinions et les discours que vous louez, je vous les représente comme irréfutables, comme vrais et comme nécessaires. »

La tragédie grecque se faisait à la fois public et œuvre d’art dans le chœur et les héros : l’œuvre d’art s’offrait au peuple comme image poétisée de lui-même, et le drame ne s’augmentait que dans la mesure précise où le jugement à prononcer par