Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le chœur s’exprimait dans les actions des héros eux-mêmes d’une façon si irréfutable que le chœur pouvait retourner de la scène dans le peuple et prendre à l’action une part vivante et réelle.

La tragédie de Shakespeare surpasse incontestablement la tragédie grecque, en ce sens qu’elle a fait accepter par les lois techniques la supression du chœur. Chez Shakespeare, le chœur s’est transformé en individus tous personnellement intéressés à l’action, agissant en vertu des mêmes nécessités d’opinion et de position que le héros principal.

Leur apparent effacement dans le cadre artistique résulte des points de contact qu’il y a entre eux et le héros, et nullement d’un mépris technique et systématique des rôles secondaires ; car toutes les fois que le personnage le moins important doit prendre part à l’action principale, il s’exprime d’après ses vues personnelles, libres et caractéristiques.

Si les personnalités si sûrement et si franchement esquissées par Shakespeare ont de plus en plus, dans l’art dramatique moderne, perdu de leur indi-