Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Nous envisagerons rapidement et clairement la question en résumant l’essence de la musique dans l’idée de mélodie. De même que l’intérieur est le fond et la raison déterminante de l’extérieur, et que cependant l’intérieur ne se manifeste clairement que dans l’extérieur, de même l’harmonie et le rhythme sont les organes qui déterminent la forme ; la mélodie est la forme véritable de la musique. L’harmonie et le rhythme constituent le sang, la chair, les nerfs, les os et tous les viscères qui restent invisibles aux yeux chez l’homme ; la mélodie au contraire, est cet homme tel qu’il se présente à nos yeux. En le regardant, nous considérons uniquement la forme telle qu’elle s’exprime sous son enveloppe cutanée ; nous contemplons la manifestation la plus expressive de cette forme dans les traits de la figure, et nous nous arrêtons enfin à l’œil, manifestation la plus vivante et la plus intime de l’homme qui révèle le plus clairement son être intérieur, organe qui ne doit ses facultés communicatives qu’à l’universelle aptitude de recevoir les manifestations venant de l’extérieur. De même, la mélodie est l’expression la plus complète de l’essence de la musique ; toute mélodie vraie, déterminée par