Page:Charrière - Trois femmes, 1798.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


devoir me paroît simple, ne se composant que d’elle-même ; on ne peut pas l’analyser.

Elle émane de Dieu, dit un jeune homme qu’à son air on auroit pris pour l’élève de Fenelon, ou plutôt notre cœur la puise dans un amour pur et désintéressé de l’Être suprême.

Si elle échappe à l’analyse, dit un homme qui n’avoit pas encore parlé, ne seroit-ce pas parce que loin d’être simple, elle est au contraire trop complexe, et se compose d’idées qui par leur action et leur réaction les unes sur les autres, se subtilisent vraiment à l’infini ? Songez que depuis notre naissan-