Page:Charrière - Trois femmes, 1798.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
63

La petite Comtesse triomphoit. Quel moment pour se promener ! dit-elle : on suffoque. Il faut avoir bien envie de sortir d’ici pour aller courir les champs à quatre heures après-midi, le premier de Juillet. — J’ai la même envie que Monsieur votre cousin, dit Émilie outrée ; et je prie M. l’Abbé de vouloir bien affronter la zone torride et me ramener chez moi.

Peut-être Émilie espèroit-elle rencontrer Théobald, mais elle ne vit que son livre qu’il avoit laissé ouvert sur un banc : elle le prit, et le retournant, elle lut : « Sophie, vous êtes l’arbitre de mon sort, vous le savez bien. Vous pouvez me faire mourir de douleur, mais n’espérez pas me faire oublier les droits de l’humanité ; ils