Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

la place qu’il a gagnée. L’essentiel dans cette manière d’arriver est d’agréer maints soufflets et de savoir avaler une quantité de couleuvres : M. de Talleyrand faisait grand usage de ce régime des ambitions de seconde espèce. En général, on parvient aux affaires par ce que l’on a de médiocre, et l’on y reste par ce que l’on a de supérieur. Cette réunion d’éléments antagonistes est la chose la plus rare, et c’est pour cela qu’il y a si peu d’hommes d’État.

M. de Villèle avait précisément le terre à terre des qualités par lesquelles le chemin lui était ouvert : il laissait faire du bruit autour de lui, pour recueillir le fruit de l’épouvante qui s’emparait de la cour. Parfois il prononçait des discours belliqueux, mais où quelques phrases laissaient luire l’espérance d’une nature abordable. Je pensais qu’un homme de son espèce devait commencer par entrer dans les affaires, n’importe comment, et dans une place non trop effrayante. Il me semblait qu’il lui fallait être d’abord ministre sans portefeuille, afin d’obtenir un jour la présidence même du ministère. Cela lui donnerait un renom de modération, il serait vêtu parfaitement à son air ; il deviendrait évident que le chef parlementaire de l’opposition royaliste n’était pas un ambitieux, puisqu’il consentait pour le bien de la paix à se faire si petit. Tout homme qui a été ministre, n’importe à quel titre, le redevient : un premier ministère est l’échelon du second ; il reste sur l’individu qui a porté l’habit brodé une odeur de portefeuille qui le fait retrouver tôt ou tard par les bureaux.

Madame de Montcalm m’avait dit de la part de son frère qu’il n’y avait plus de ministère vacant ; mais