Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

justice. En apparence abattu, Bonaparte ne s’opposait point à des mouvements démocratiques qui, en dernier résultat, fournissaient des conscrits à son armée. Il se laissait attaquer dans des pamphlets ; des caricatures lui répétaient : Île d’Elbe, comme les perroquets criaient à Louis XI : Péronne. On prêchait à l’échappé de prison, en le tutoyant, la liberté et l’égalité ; il écoutait ces remontrances d’un air de componction. Tout à coup, rompant les liens dont on avait prétendu l’envelopper, il proclame de sa propre autorité, non une constitution plébéienne, mais une constitution aristocratique, un Acte additionnel aux constitutions de l’Empire[1].

La République rêvée se change par cet adroit escamotage dans le vieux gouvernement impérial, rajeuni de féodalité, L’Acte additionnel enlève à Bonaparte le

    rale ; membre du Directoire après le 18 fructidor ; sous l’Empire, procureur général à la Cour de cassation, conseiller d’État, comte, grand-officier de la Légion d’honneur. Destitué de ses fonctions en 1814, bien qu’il eût des premiers adhéré à Louis XVIII, il fut, après le 20 mars, rappelé par l’Empereur à la Cour de cassation, avec le titre de ministre d’État. Le 24 juillet 1815, il fut exilé comme régicide ayant rempli des fonctions pendant les Cent-Jours. Il se retira en Hollande et y vécut jusqu’à la révolution de 1830, qui lui permit de rentrer en France. Il mourut à Paris, âgé de quatre-vingt-quatre ans. Jurisconsulte de premier ordre, il eut l’infamie de rédiger la loi des suspects. Si très peu d’hommes, pendant la Révolution, ont eu plus de talent que Merlin de Douai, sa lâcheté fut plus grande encore que son talent.

  1. L’Acte additionnel fut publié dans le Moniteur du 23 avril 1815. Le même jour paraissait un décret portant que les Français étaient appelés à consigner leur vote sur des registres ouverts dans toutes les communes, et que le dépouillement aurait lieu à l’assemblée du Champ de Mai convoquée à Paris pour le 26 mai.