Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

semant la lice de leurs gages de foi-mentie ; tant de nobles dames, tour à tour suivantes de Marie-Louise et de Marie-Caroline, ne devaient laisser au fond de l’âme de Napoléon que défiance, horreur et mépris ; ce grand homme vieilli était seul au milieu de tous ces traîtres, hommes et sort, sur une terre chancelante, sous un ciel ennemi, en face de sa destinée accomplie et du jugement de Dieu.


Napoléon n’avait trouvé de fidèles que les fantômes de sa gloire passée ; ils l’escortèrent, ainsi que je vous l’ai dit, du lieu de son débarquement jusqu’à la capitale de la France. Mais les aigles, qui avaient volé de clocher en clocher de Cannes à Paris, s’abattirent fatiguées sur les cheminées des Tuileries, sans pouvoir aller plus loin.

Napoléon ne se précipite point, avec les populations émues, sur la Belgique, avant qu’une armée anglo-prussienne s’y fût rassemblée : il s’arrête ; il essaye de négocier avec l’Europe et de maintenir humblement les traités de la légitimité. Le congrès de Vienne oppose à M. le duc de Vicence l’abdication du 11 avril 1814 : par cette abdication Bonaparte reconnaissait qu’il était le seul obstacle au rétablissement de la paix en Europe, et en conséquence renonçait, pour lui et ses héritiers, aux trônes de France et d’Italie. Or, puisqu’il vient rétablir son pouvoir, il viole manifestement le traité de Paris, et se replace dans la situation politique antérieure au 31 mars 1814 : donc c’est lui Bonaparte qui déclare la guerre à l’Europe, et non l’Europe à Bonaparte. Ces arguties logiques de procureurs diplomates, comme je l’ai fait remarquer à propos de