Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/506

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Honnêtes Gens. Chateaubriand, qui en fut jusqu’à la fin le principal rédacteur, avait groupé autour de lui des hommes politiques et des écrivains qui le secondèrent à merveille. Il en nomme quelques-uns dans ses Mémoires ; il convient, je crois, d’en donner ici la liste complète : on verra que jamais plus vaillant chef ne fut entouré d’un plus brillant état-major. Voici cette liste :

F.-M. Agier ; Benoît, député de Maine-et-Loire ; Berryer fils ; T. de Boisbertrand ; vicomte de Bonald ; Henri de Bonald ; de Bouville ; comte de Bruges ; vicomte de Castelbajac ; marquis de Coriolis d’Espinousse ; Couture, avocat ; Crignon d’Ouzouer, député du Loiret ; Astolphe de Custine ; Dureau de la Malle ; l’abbé Fayet ; Joseph Fiévée ; duc de Fitz-James ; A. de Frénilly ; Eugène Genoude : vicomte Emmanuel d’Harcourt ; marquis d’Herbouville ; comte Édouard de la Grange ; A. de Jouffroy ; Florian de Kergorlay ; duc de Lévis ; le cardinal de la Luzerne ; Martainville ; l’abbé de la Mennais ; comte O’Mahony ; Charles Nodier ; comte Jules de Polignac ; de Saint-Marcellin ; comte de Saint-Roman ; comte de Salaberry ; comte Humbert de Sesmaisons ; vicomte de Suleau ; baron Trouvé ; Joseph de Villèle.

Le Conservateur cessa de paraître au mois de mars 1820. Il n’avait vécu que deux ans et demi ; mais ces deux années lui avaient suffi pour conquérir une place que depuis lors nulle feuille politique n’a pu lui disputer. Quel journal compta jamais en même temps, parmi ses rédacteurs, trois écrivains tels que Chateaubriand, La Mennais et Bonald ?

Dans la liste qu’on vient de lire, j’ai souligné un nom, aujourd’hui bien oublié, celui de Saint-Marcellin. M. de Saint-Marcellin était le fils de Fontanes, et c’est à lui que fait allusion Chateaubriand, à la fin du huitième livre de sa première partie, lorsqu’il écrit : « Fontanes n’est plus ; un chagrin profond, la mort tragique d’un fils, l’a jeté