Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais ſi cette Guerre fut un peu ſemblable par là par les effets, à celle que l’eſprit de pillage inſpire, elle n’en pût être plus différente par les motifs. Les Villes & les fortereſſes priſes d’aſſaut, les batailles rangées gagnées, des Armées Romaines envelopées & ferrées plus d’une fois au point de n’en pouvoir dépecher un ſeul meſſager pour donner la nouvelle de l’état où l’on étoit reduit [1], montrent de quoi les Èques furent capables dans le beſoin. Mais l’expérience leur aïant apris l’avantage décidé qu’avoient les Romains dans la grande Guerre pour m’exprimer ainſi, ils réſolurent de leur faire principalement la petite, dans la quelle ils pouvoient facilement les ſurpaſſer. Cette politique nous eſt clairement marquée dans ces plaintes amères que faiſoit en une occaſion une Armée Èque à ſes Chefs de l’avoir engagée par pure pointe d’honneur à une grande action qui

  1. Nocturno impetu Æquorum Corbione amiſſum præſidium Tit. Liv. lib. III. n. 30. Arcem Carventanam Æquos invaſiſſe lib. IV. n. 55. Romani impetu Æquorum per ſupinam vallem fuſi. lib. IV. n. 48. Æqui robore juventutis præmiſſo Arcem Tuſculanam cipiunt Lib. VI. n. 13. Caſtra circumſeſſa, ut ne nuncius quidem mitti Romam poſſet. num. 4.