Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vers les brouſſailles : mais le travail travail étoit ſoulagé par les ſignes antiques qui devenoïent toujours plus grands, & plus certains. J’arrivai enfin après plus de deux heures de chemin au ſommet désiré ; & je trouvai la plus belle Antiquité de tout le Latium, qui eſt ce qui reſte du Temple de la Diane d’Algide que j’ai nommé. Le vif rocher taillé de tous cotés, des pans de muraille dont pluſieurs de ſoixante pieds de long ſur trente de haut, & une immenſe quantité de pierres de bâtiment & d’autres gros décombres répandus ça & là, voilà ce que la cime du Mont offre en général ; mais lorsqu’on examine en particulier ces ruines on ne peut aſsès admirer la forme qu’elles indiquent & la poſition qu’elles préſentent.

C’eſt le Mont-Artémise qui avant d’abbaiſſer le haute & continue chaine qu’il traîne depuis un mille, élevé ce ſommêt qui paroit le ſurmonter autant qu’il ſurmonte lui-même le terrain ſur lequel il s’étend. Le rocher même de ce ſommèt taillé en manière des fondations majeſtueuſes ſoutenoit deux ordres ornés chacun de leurs Portiques, qui regnoient tout-au-tour ; le premier plus vaſte