Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/327

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’Horace avoit tant redouté pour Mécéne.


CXI. Autres caractères de Préneſte, ſa Force provenant de ſes murs de ſon Chateau & de ſes ſouterrains.

Tel aïant été le Temple de la Fortune, on voit avec combien de raiſon Strabon en parla comme du premier caractère de Préneſte. Le ſecond d’après le même Auteur fut la force ſingulière de cette Ville. Non contente d’être isolée le long du Mont apique que j’ai dit qui établiſſoit ſeul une bonne défenſe, elle chargea la Cime particulière qu’il élevoit d’un Chateau également propre à la protéger du coté de la plaine, & à la garder de la part de la Montagne ; & quoiqu’elle en fut ſéparée par une eſpace de deux Stades elle ne l’enferma pas moins dans une enceinte commune des Murs de ce que la Fabrique incertaine avoit de plus fort. Cette enceinte ſubſiſte encore dans ſa plus grande partie du coté du Midi, depuis la Porte du Soleil juſqu’au Chateau même, & du coté du Nord depuis ce Chateau juſqu’à la Porte S. François ; on ceſſe de l’appercevoir à cette Porte parceque les Murs antiques arrivés à cette endroit au lieu de continuer à deſcendre vers la Porte Saint-Martin tournoient à droite le long du chemin de Poli