Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bon pût ſe borner, cette Ville en eut d’autres qui pour ne lui être pas ſi propres n’en méritent pas moins d’être rapportées.

La première eſt ſon étendue. La Ville ancienne n’alloit pas plus loin que la moderne du coté du midi, puiſque celle-ci n’a de tout ce coté-la d’autres murs que ceux que j’ai dit avoir formé l’enceinte antique de celle-là . Mais elle s’étendoit beaucoup plus dans tous les autres ſens. Il s’en faut de beaucoup que le vuide entre la Ville & le Bourg qui a ſuccédé à l’ancienne Fortéreſſe ne ſoit que des deux Stades nommées par Strabon. C’eſt envain cependant qu’on chercheroit de ce coté qui eſt l’Orient, la partie manquante. Ce n’eſt pas ſeulement à Paleſtrine que j’ai obſervé que le tems n’avoit pas effacé, mais balaïé tout ce dont le Roc fournît les fondemens.

La remarque que j’ai dit m’être due de la direction de l’antique mur de la Ville dés la Porte de S. François, montre que Préneſte fut d’autant plus grand dans les deux ſens reſtans, qu’il ne pût s’étendre vers le Nord de la manière que je l’ai expoſé ſans deſcendre vers l’Occident au