Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/444

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


forme de Trizone qu’eut le Chateau, c’eſt-à-dire, une Forme d’un rez-de-chauſſée aſſis large pour entourer d’ une Terraſſe le premier étage, qui par la même qualité à l’égard du ſecond pouvoir, lui donner une ſemblable décoration. Cette forme qui donnoit à tous les appartemens un tel moïen de jouir des vues, n’avoit au reſte une plus belle matière nulle part. Du Quintilianum on découvroit devant soi Rome, à gauche Tibur de ſon coté le plus interéſſant, & à droite toute la Sabine. Au deſſus du Chateau ſubſiste encore le reſervoir de ſes Eaux avec les têtes des deux aqueducs qui le fourniſſoient ; ainſi que le bas offre une ſorte de grand Vivier deſtiné ſans doute à retenir pour l’uſage les eaux qui avoient déja ſervi à l’ornement


CXXXIX. M. de Camp. & Tombeau de Lollius.

J’avois penſé d’abord que le nom de Lolliana que porte encore une Maiſ. de de Tivoli ſur le coté Oriental de l’Affliano pouvoit n’être relative qu’à des Lolli modernes de cette Ville, qui ne prétendent pas la nobleſſe qui reſulteroit de la deſcendance des ces anciens Lollius à l’un desquels Horace adreſſe