Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/452

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les plus beaux eſprits & les plus belles ames, & qui par ces qualités puſſent faire des ouvrages capables d’influer les plus avantageuſement dans les mœurs publiques. Rexque Paterque. lib. I. ep. 7.Avec des tels hommes Mécéne étoit un Roi & un Père ſelon l’expreſſion d’Horace, un Roi par la libéralité & un Père par la tendreſſe. Le plus bel eſſor de leurs génies étoit du à la manière dont il les excitoit. Ce n’eſt pas ſans étonnement qu’on aprend de Virgile que non ſeulement l’ouvrage ſi achevé de ſes Géorgiques n’étoit qu’une exaction de l’amitié de Mécéne, mais qu’en général ſi ſon eſprit étoit capable de quelque élévation, c’étoit à la penſée ſeule de Mécéne qu’il en étoit redevable [1]. Horace ſe plaint tres-agréablement que tout Athléte Vétéran qu’il ſe trouvoit, il en étoit obligé à redeſcendre continuellement dans l’Aréne [2]. Properce témoigne également les inſtances qu’il en recevoit de déploïer les voiles ſur quelque grand Mer (ce qui

  1. … Tua Mæcenas haud mollia juſſa
    Te ſine nil altum mens inchoat.
                       Virgil. Georg. lib. III. v. 40.

  2. Spectatum ſatis & donatum jam rude quæris
    Mæcenas iterum antiquo me includere ludo.
                                Hor. lib. I. ep. 1.