Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les ſources de Lac ſont au deſſus du niveau de l’eau & par conſéquent viſibles : une d’entrelles étoit appellée d’Égérie. Vet. & N. Latis C. VIII.Kirker en conſéquence aſſure que c’étoit là la vraïe place de la Nimphe de ce nom, de qui Numa feignoit d’aprendre les choſes qu’il vouloit faire croire aux Romains. Mais il n’a pas fait attention à la diſtance de Seize Milles qui rendoit impoſſibles des entrevues que le Roi diſoit être de toutes les nuits [1], & qu’Aricie du tems de Numa n’étoit pas de la dépendance de Romains. Nous verrons en ſon lieu que la vraie Égérie de Numa étoit hors la Porte Capène de Rome comme le dit expreſément Juvénal [2]. Et que ſi on la trouve également à Aricie, ce n’eſt que d’après ce qu’on en racontoit ; qu’inconſolable de la Mort du Roi ſon favori, elle s’y étoit retirée, que ne pouvant y recevoir de ſoulagement à ſa douleur, d’Hypolite même, qu’on croioit avoir été reſuſcité de Diane & caché dans ce bois, ses Lar-

  1. Qui cum ad animos ſine aliquo commento miraculi deſcendere non poſſet, ſimulat ſibi cum Dea Egeria congreſſus nocturnos eſſe Tit. Liv. lib. I. n. 13.
  2. Ad veteres arcus madidamque Capènam.
    Heic ubi nocturnæ Numa conſtituebat amicæ.
          Juven. lib. I. v. 320.