Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/490

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


c’étoit un tel Mont qui l’empechoit de porter envie aux plaines qu’il dominoit, Cur Valle permutem Sabina divitias operoſiores. Si puis le Poëte prennoit l’eſſor de ſa Lyrique éloquence, pour décrire ſa Campagne à Quintus, nous l’entendrions éclater en ces éloges. infirmo Capiti fluit utilis, utilis Alvo… hæ latebræ dulces & ſi credis amœnæ. Là en effet eſt la célèbre & délicieuſse Fontaine appellée ſans interruption juſqu’à nos tems, comme je m’en ſuis aſſuré par le témoignage des Anciens du lieu, Fontaine Blanduſie. Elle coule avec un agréable murmure ſur de petits cailloux entre des bords couverts d’une fraîche & tendre verdure. Cluvier contre Holſtènius croit que cette Fontaine eſt la ſource du ruiſſeau Digence qui paſſa à Poggio-mirteto. Tout proche ſous le mont j’obſervai les marques de la magnificence du Chateau d’Horace, dont étoient voiſins le bois de Vacune & le Temple élevé à cette Divinité par les Romains. La ſavante curioſité découvre ſes veſtiges dans le lieu du territoire du Bourg appelé le Grotte, ainſi que non loin d’elles des vaſtes ruines où se trouvèrent ſouvent des monumens, un ſurtout en lettres Demi-pal-