Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les grands Dieux de Rome ſa Veſta & ſes Veſtales, ſon Roi & ſon Sénat, ſes Dictateurs & Le doute pour les Licteurs eſt levé par l’Albanas ſecures d’Horace. Od. Sec.ſes Licteurs n’avoient été puiſés que là. La fécondité d’Albe ne faiſoit pas moins ſa félicité que ſa gloire. Elle n’avoit pas ſeulement l’honneur d’avoir produit tant de Villes : ſa ſituation lui donnoit le plaiſir de les avoir continuellement ſous ſes yeux comme des filles ſous ceux de leur Mère.

Maîtreſſe de tout le Païs d’abord, elle ne fit pas difficulté dans la ſuite d’en diſtribuer les plus belles portions aux Peuples qui ſortoient de ſon ſein. Elle batit, ou elle laiſſa batir Aricie à un pas de ſoi à ſa gauche. Elle ſe maſqua de Bovilles devant elle. Elle ne ſe laiſſa un peu d’étendue que ſur ſa droite, qui ne fut gênée par rien juſqu’à la Vallée qui la ſeparoit de Tuſculum dans l’endroit où l’on fit paſſer dans la ſuite la Voie Latine. On voit par là en quoi conſiſta ſa Campagne, & que ce fut ſon Lac & ce qui l’entouroit, c’eſt-à-dire les lieux occupés par le moderne Albano, par Castel-Gandolphe, par Marino, & par Rocca-di-Papa qui la compoſerent comme il a déja été dit.


XVI. Lacs des Monts d’Albe.

Le Païs d’Albe avoit deux Lacs que la Nature ſemble y avoir formés pour porter