Page:Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses, 1869, Tome 1.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


d’une surprise des sens. Elle est vraiment aimable, cette chère petite ! Elle méritait un autre amant ; elle aura au moins une bonne amie, car je m’attache sincèrement à elle. Je lui ai promis de la former, & je crois que je lui tiendrai parole. Je me suis souvent aperçue du besoin d’avoir une femme dans ma confidence, & j’aimerais mieux celle-là qu’une autre ; mais je ne puis en rien faire, tant qu’elle ne sera pas… ce qu’il faut qu’elle soit ; & c’est une raison de plus d’en vouloir à Danceny.

Adieu, Vicomte ; ne venez pas chez moi demain, à moins que ce ne soit le matin. J’ai cédé aux instances du chevalier, pour une soirée de petite maison.

De … ce 4 septembre 17…



Lettre LV

De Cécile Volanges à Sophie Carnay

Tu avais raison, ma chère Sophie ; tes prophéties réussissent mieux que tes conseils. Danceny, comme tu l’avais prédit, a été plus fort que le confesseur, que toi, que moi-même ; & nous voilà revenus exactement où nous en étions. Ah ! je ne m’en repens pas ; & toi, si tu m’en grondes, ce sera faute de savoir le plaisir qu’il y a à aimer Danceny. Il t’est bien aisé de dire comme il faut faire, rien ne t’en empêche ; mais si