Page:Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses, 1869, Tome 1.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sur ce bois-là ; & j’irai le revoir si je ne vous suis pas utile. Adieu, songez que Danceny sera chez moi sur les quatre heures.

De … ce 8 septembre 17…



Lettre LX

Du Chevalier Danceny au Vicomte de Valmont (Incluse dans la précédente.)

Je suis désespéré, Monsieur. J’ai tout perdu. Je n’ose confier au papier le secret de mes peines : mais j’ai besoin de les répandre dans le sein d’un ami sûr & sensible. A quelle heure pourrai-je vous voir, & aller chercher auprès de vous des consolations & des conseils ? J’étais si heureux le jour où je vous ouvris mon âme ! A présent, quelle différence ! tout est changé pour moi. Ce que je souffre pour mon compte n’est encore que la moindre partie de mes tourments ; mon inquiétude sur un objet bien plus cher, voilà ce que je ne puis supporter. Plus heureux que moi, vous pourrez la voir, & j’attends de votre amitié que vous ne me refuserez pas cette démarche : mais il faut que je vous parle, que je vous instruise. Vous me plaindrez, vous me secourrez ; je n’ai d’espoir qu’en vous. Vous êtes indulgent, vous connaissez l’amour, & vous êtes le seul