Page:Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses, 1869, Tome 1.djvu/222

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
216
LES LIAISONS

moment, je ne parle que de l’histoire ; peut-être bientôt en dirons-nous autant de l’héroïne ?

Adieu, il y a une heure que mon chasseur attend ; je ne prends plus que le moment de vous embrasser & de vous recommander surtout de vous garder de Prévan.

Du château de… 15 septembre 17…

Lettre LXXII

Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges
(Remise seulement le 14.)

O ma Cécile ! que j’envie le sort de Valmont ! demain il vous verra. C’est lui qui vous remettra cette lettre ; & moi, languissant loin de vous, je traînerai ma pénible existence entre les regrets & le malheur. Mon amie, ma tendre amie, plaignez-moi de mes maux ; surtout plaignez-moi des vôtres : c’est contre eux que le courage m’abandonne.

Qu’il m’est affreux de causer votre malheur ! sans moi vous seriez heureuse & tranquille. Me pardonnez-vous ? dites ! ah ! dites que vous me pardonnez ; dites-moi aussi que vous m’aimez, que vous m’aimerez toujours. J’ai besoin que vous me le répétiez. Ce n’est pas que j’en doute : mais il me semble que plus on en est sûr, & plus il est doux de se l’entendre dire. Vous m’aimez, n’est-ce pas ? oui, vous m’aimez de toute votre âme. Je n’oublie pas que c’est la dernière parole que je vous