Page:Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses, 1869, Tome 1.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


M***. Il venait, m’a-t-il dit, me faire des excuses de ce qu’un officier de son corps avait pu me manquer à ce point. Il ne l’avait appris qu’à dîner chez la Maréchale, & avait sur-le-champ, envoyé ordre à Prévan de se rendre en prison. J’ai demandé grâce, & il me l’a refusée. Alors j’ai pensé que, comme complice, il fallait m’exécuter de mon côté, & garder au moins de rigides arrêts. J’ai fait fermer ma porte, & dire que j’étais incommodée.

C’est à ma solitude que vous devez cette longue lettre. J’en écrirai une à Mme de Volanges, dont sûrement elle fera lecture publique, & où vous verrez cette histoire telle qu’il faut la raconter.

J’oubliais de vous dire que Belleroche est outré, & veut absolument se battre avec Prévan. Le pauvre garçon ! heureusement j’aurai le temps de calmer sa tête. En attendant, je vais reposer la mienne, qui est fatiguée d’écrire. Adieu, Vicomte.

De … ce 25 septembre 17… au soir.



Lettre LXXXVI

La Maréchale de *** à la Marquise de Merteuil (Billet inclus dans la précédente.)

Mon Dieu qu’est-ce donc que j’apprends, ma