Page:Claudel - La Messe là-bas, 1919.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il y a ces larmes solennelles qui coulent, il y a cette face qui se tourne passionnément vers l’Aurore !

Il y a ces bras qui suffisent à peine à soulever cet immense vêtement d’or !