Page:Claudel - La Messe là-bas, 1919.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais qui connaît mieux le Père que la femme que jadis il a désirée ?

C’est elle qui l’a connu avant tous et elle était avec son cœur la première dans le conseil de donner la vie.

Sans elle il n’aurait pu être le Père et ceux-là n’auraient pu être ses fils.

Eux n’ont connu que sa bénédiction, mais elle a connu ses caresses.

Ils n’ont connu que sa force, mais elle a connu sa faiblesse.