Page:Claudel - La Messe là-bas, 1919.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





ITE MISSA EST




Allez, la messe est dite. Ame forte et compétente, lève-toi et va,

Où l’affaire inachevée t’attend et le vers hier suspendu sur le papier plat.

Jour à jour, comme l’humide papillon qui déplie et développe ses ailes,

La chose qui est née tout autour d’elle suscite, et l’idée implique une idée nouvelle.

Va vers l’œuvre qui t’est appropriée sans que tu la comprennes et qui est bonne,

Comme l’abeille qui ne sait rien, mais qui a à la fois le sentiment de la fleur et celui de l’hexagone.

C’est bon de savoir qu’on est dans le principe avec qui toutes choses sont naturellement en harmonie,

Et que tant d’êtres sont en débrouillement vers nous qui de nous attendent l’ordre, l’explication et la vie,

Quand tu comprends tout-à-coup ce que c’est que ces enfants qui se sont placés parmi tes bras,

Faisant sortir, parce qu’ils en ont besoin, de ton âme et