Page:Claudel - La Messe là-bas, 1919.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de ta pensée, et de vouloir ! ces idées et ces ressources qui n’y étaient pas.

Le métier, la trame un moment interrompue, à la porte se rattache par tous ses fils à tes membres et t’accueille.

La tâche que tu n’as pas demandée est si grande que le refus est aussi impossible que l’orgueil.

« Allez, la messe est dite », et le devoir nécessaire est acquitté.

La terre pendant que tu priais poussait et vois la qui est prête à être moissonnée !

La même chose qui dans les plantes et les bêtes devient farine, suc et chair,

C’est cela qui en toi devient idée pour, les autres, la cueillir, et la voix, et le propos de ce qu’on va faire.

Sens, égal de l’arbre qui dure et de la moisson qui dort,

Un monde à l’intérieur de ta pensée jaunir dans le même souffle d’or !