Page:Claudel - La Messe là-bas, 1919.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et de Celui-là, le plus délaissé entre tous, qui a sa résidence,

Si loin de nous et si près, selon que l’Evangile nous le décrit,

« Eloigné d’un jet de pierre » dans la Peur et le silence de Gethsémani !

Il veille, et nous, ne pouvons nous veiller et soutenir une heure avec Lui ?

Une heure de cet Office fraternel en la continuation des Apôtres

Qu’au regard aussi de Dieu nous devons nous prêter l’un à l’autre.

Chacun prend les devants tour à tour ; l’un parle, l’autre répond ;

L’un offre, l’autre est offert ; l’un chante et l’autre donne le ton ;

L’un propose, l’autre l’assiste, et chacun est tour à tour enseigné ;

Quand l’un cesse, l’autre aussitôt va le reprendre et le rechercher.

Le Verbe devient parole et l’homme lui est attentif.

Tout dans le ciel et sur la terre est conclu dans le devoir alternatif.

Tout est devenu religion, tout est ensemble solidaire.

Tout est gloire à Dieu dans le Ciel et paix entre les hommes sur la terre.

Il n’y a plus de temps, mais Dieu seul, et le soleil est arrêté,

Comme par ce Jésus jadis que nous appelons Josué.


Hambourg, 1914