Page:Claudel - La Messe là-bas, 1919.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais nous savons que pour l’obtenir il nous suffit d’être deux.

Il n’est pas deux hommes en Son nom sans que Lui-même soit au milieu.

L’Office qu’un prêtre dit, c’est le devoir de toute la nature.

De l’hommage qu’elle doit il acquitte la Créature.

Il ne prie pas seulement, il ne demande pas seulement, il satisfait.

Il ne Vous demande pas seulement l’ordre, mais il le fait.

Il ne prie pas seulement « Advienne Ton Règne ! » il y est.

Le Temps qui passe par lui participe à Votre Eternité.

Chaque Heure de ce Temps qu’il célèbre et qu’il sacrifie avec solennité,

(Et ce qui parle par vos bouches, ô prêtres, et qui demande ce que vous ne savez pas,

Ce n’est pas vous, c’est le Saint Esprit en vous qui supplie et qui dit : Abba !)

Témoigne par son ornement qui varie tout à l’entour de Sa gloire

L’inclinaison de l’Eternel soleil qui éclaire notre séjour transitoire.

Voici la prière complète, le jour plein et la Louange Pérennelle !

L’Acte par excellence vers Dieu et Jésus entre ses ministres vers le Ciel !

Non plus un homme qui prie, mais l’Eglise en sa personne officielle.

Heureux qui du Pauvre et de l’Indigent a reçu l’intelligence !