Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Louis

Elle veut. Vous avez touché son cœur.


Turelure

Comment veux-tu que je fasse maintenant ? Je t’aurais encore donné cet argent, brigand, bien que ce soit dur.


Louis

C’est plus dur encore de mourir.


Turelure, avec un gros soupir.

C’est vrai, c’est encore plus dur de mourir.

Mais il n’y a pas moyen de faire autrement.


Louis

Soyez sage.


Turelure

Non !

Tu peux tout demander à un Français

Excepté de faire le chapon et de renoncer à une femme par contrainte.

Cela, c’est impossible ! cela, non ! Je suis Français et tu ne peux pas me demander cela.

Tu peux tuer ton père, si tu le veux.


Louis

C’est votre dernier mot ?


Turelure

Tue-moi si tu le veux… Non, ne me tue pas, j’ai peur !


Louis

L’argent.