Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Turelure

C’est impossible ! Tu ne crois pas en Dieu, Louis ?


Louis

Je n’y crois pas.


Turelure

Je suis perdu, je ne suis entouré que de figures impitoyables !

Voici mon fils, et je me tiens au milieu de ces deux femmes qui me conduisent à la mort avec un sourire funèbre !


Louis

Est-ce que vous y croyez ?


Turelure

J’y crois ! je suis le seul croyant et votre bestialité me fait horreur !

Tu ne comprends pas un homme du vieux temps.

J’y crois de tout mon cœur ! Je suis un bon catholique à la manière de Voltaire !

Non, non, je ne ris pas ! Mon fils, ne me tue pas ! ne me tue pas, mon enfant !


Louis,
le couchant en joue avec les deux pistolets.

L’argent !


Turelure,
claquant des dents et essayant de tenir bon.

Non. C’est impossible. Ne me tue pas !


Louis,

L’argent, voleur !