Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE TROISIÈME ALI — Si l’on forme une société, vous avez vingt parts de fondateur. SICHEL — Tu le sais bien, je t’ai fait tout lire. Fais cela pour mon père. Signe, mon chéri, pour me faire plaisir ! LOUIS — Allons, je consens, où est le papier? ALI — Le voici ? (Il fouille fébrilement dans sa serviette). LOUIS — Prenez votre temps. Quel âge avez-vous, père Ali ? ALI — Soixante-dix ans, Monsieur le comte. LOUIS — Et toujours autant de gaieté et d’alacrité aux affaires ? ALI — Toujours, Monsieur le Comte, tou- jours ! Ah, je voudrais ne jamais mourir. Que diable ai-je fait de ce papier ? (Il tire différents objets de sa serviette). Ça, c’est des minerais qu’on m’envoie de la Sarre, ça, c’est le plan des nouvelles fortifications de

155