Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE TROISIÈME ALI — Mais cela n’a aucune valeur ! la pluie et le temps en ont fait une chose informe. SICHEL — Mon père, il est du Quinzième. ALI — Il est rompu en morceaux. On dit que c’est Madame votre mère qui l’a retrouvé et collec- tionné. LOUIS — Oui, elle était amateur de ce genre de choses. ALI — Je n’en veux pas. LOUIS — C’est du bronze massif comme une cloche. (Il frappe dessus du doigt). (ALI frappe aussi modestement). Allez-y donc, ne vous gênez pas ! Avez-vous quelque chose de dur ? {AU sort une clef de sa poche) C’est, une clef que j’ai trouvée dans les décom- bres à Dormant. (LOUIS prenant la clef en décharge un grand coup sur la tête du Christ), Ecoutez un peu comme cela sonne ! ALI — Oui, les fondeurs n’étaient pas rares à cette époque.

157