Page:Clausewitz - Théorie de la grande guerre, III.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



CHAPITRE IV.

FORCE DÉCROISSANTE DE L’OFFENSIVE.


La décroissance de la force absolue de l’attaque est l’un des sujets les plus importants de la stratégie, et c’est de la judicieuse appréciation de ce phénomène que, dans chaque cas particulier, dépendent le jugement à porter et la direction à suivre.

Les causes de cette décroissance sont les suivantes :

1° La nécessité d’occuper le territoire envahi pour en rester maître. — Cette nécessité ne s’impose généralement, il est vrai, qu’après une première solution favorable, mais il est rare que l’attaque cesse avec la première solution.

2° La nécessité, pour une armée attaquante, d’occuper le pays sur ses derrières, afin d’assurer ses lignes de communications et le service de ses subsistances.

3° Les pertes par le feu et par les maladies.

4° L’éloignement des ressources réparatrices (dépôts, magasins, etc.).

5° Les investissements et les sièges des places fortes.

6° Le relâchement des efforts.

7° La défection des alliés.

Quelques causes de renforcement font cependant