Page:Clausewitz - Théorie de la grande guerre, III.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



CHAPITRE VI.

DESTRUCTION DES FORCES ARMÉES DE L’ENNEMI.


La destruction des forces armées de l’adversaire est le seul moyen d’arriver aux fins de la guerre.

Que convient-il d’entendre par là et comment peut-on y parvenir ?

Examinons la question sous ses différents aspects.

1° On peut se borner à ne détruire des forces armées de l’ennemi que ce qui est strictement nécessaire à l’obtention du but cherché.

2° On peut porter la destruction à ses plus extrêmes limites.

3° On peut viser, avant tout, à la conservation de ses propres forces.

4° On peut même aller si loin dans ce sens, qu’on ne recherche la destruction des forces de l’adversaire que lorsque l’occasion favorable s’en présente. — Le lecteur se rappellera que nous avons déjà montré, au chapitre III de ce livre, que l’offensive stratégique n’a parfois pas d’autre objet.

Le combat seul peut conduire, par deux voies différentes, à la destruction des forces armées :

1° Directement.