Page:Collectif - Revue canadienne, Tome 1 Vol 17, 1881.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CAUSERIE SCIENTIFIQUE.



La Revue Canadienne. — La force motrice. — L’électricité substituée au charbon — Plus de vapeur. — La lumière électrique et M. Jamin. Nouvelles améliorations. — Les horloges pneumatiques. — La culture de la vigne au Canada. — Égalité sociale et politique de la femme.


La Revue Canadienne s’est tenue dans le silence pendant toute l’année mil huit cent quatre-vingt ; elle s’est recueillie sans aucun doute, pour faire provision de forces nouvelles et asseoir son organisation sur une base plus solide. Comme le pèlerin fatigué, elle s’est assise sur le bord du chemin, demandant au repos une réparation physique et morale qu’une alimentation insuffisante ne pouvait lui donner. Puis, comme le pèlerin reposé, elle s’est aussi levée de nouveau, elle s’est élancée avec vigueur sur la route, se disant avec confiance : Je parviendrai au but de mon voyage !…

Le Prospectus de l’année 1881, de la Nouvelle Revue, les célébrités littéraires qui figurent dans sa première livraison sont une garantie satisfaisante pour le lecteur de la vitalité abondante qui va se manifester dans son existence.

L’affirmation des principes et leur défense vigoureuse, voilà bien ce qu’il faut à notre jeune société ; et ce grand ouvrage fait par les laïques, voilà bien la tâche qu’il est convenable de voir remplir ! Le laïcisme sincèrement catholique doit opposer ses rangs au laïcisme hypocritement impie ; le clergé, malgré son travail héroïque, ne suffit pas à cette rude besogne ; à côté des douze apôtres, il y avait toute une grande foule prêchant la vérité.

Mais je ne veux pas me laisser entraîner au courant des réflexions toutes naturelles que la réapparition de la Revue m’inspire. À d’autres de les recueillir et de les dire longuement ; et je me hâte de rentrer respectueusement dans cet autre temple où mes devoirs de chroniqueur scientifique m’obligent de me tenir renfermé.