Page:Collectif - Revue canadienne, Tome 1 Vol 17, 1881.djvu/356

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cœur ne peuvent non plus être guéries ; elles s’y développent encore plus rapidement que le catarrhe et les rhumatismes, et finissent toujours d’une manière fatale.

Maintenant que l’on connaît le bon et le mauvais côté du climat de Denver, il reste à donner quelques conseils à ceux qui ont l’intention d’y venir chercher la santé. Il est bien entendu qu’il s’agit ici des poitrines faibles. Il faudra donc pour ces dernières éviter les montagnes pendant l’hiver, à cause du froid intense qui y règne et de l’excessive légèreté de l’atmosphère. Les cas d’érysipèle et de pneumonie compliquée de fièvre typhoïde se multiplient tous les jours chez les pauvres mineurs qui travaillent à une grande altitude, et presque tous succombent aux attaques de ces terribles maladies. Il n’y a qu’à consulter les registres des hôpitaux du pays pour se convaincre d’une telle assertion. Mais à l’époque des chaleurs, rien n’empêche d’aller habiter une région plus élevée et d’y camper commodément. Le fait de dormir sous la tente et de respirer continuellement un air pur donne de l’expansion aux poumons affaiblis et les ramène presque toujours à leur état normal. Il faut cependant agir avec prudence dans ce nouveau genre de vie, c’est-à-dire éviter toute fatigue et surtout les effets pernicieux d’une nourriture insuffisante ; enfin l’on ne peut trop recommander aux gens de se défier des vents refroidissants auxquels l’on est si souvent exposé dans la montagne.

L’exercice du cheval est aussi regardé comme très favorable aux personnes faibles ; il est d’ailleurs si répandu dans l’ouest qu’on peut le dire entré intimement dans les mœurs : hommes, femmes et enfants s’y adonnent avec une ardeur que rien ne saurait surpasser. Souvent le cavalier n’a pour toute noble conquête qu’un modeste brancho ; mais pas plus que les gens, les chevaux ne doivent être jugés à la mine, et ce qui au premier abord n’a qu’une apparence faible et débile, récèle parfois un courage à toute épreuve.

DENVER.

À part la saison d’été où l’on peut aller vivre à une grande hauteur, non-seulemeht sans crainte, mais encore avec profit, Denver et Colorado-Springs sont les endroits les