Page:Collectif - Revue canadienne, Tome 1 Vol 17, 1881.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
PETITE CAUSERIE

fait la culbute sur la place publique pour avoir un sou. Il vient de rendre le dernier soupir : regardez sa figure et dites-moi si elle n’est pas empreinte d’une suprême majesté !

La carrière publique d’un homme, son caractère, sa valeur intellectuelle et morale, son génie, ses œuvres, tout cela reçoit, par la mort, un cachet d’immutabilité qui en fait disparaître le côté prosaïque. Cela explique l’attrait de l’archéologie pour les âmes d’élite, le plaisir que l’on goûte dans le commerce de ceux qui ne sont plus.



Nous sommes du reste ainsi faits : nous aimons les générations qui nous ont précédés, nous aimons par avance les générations futures, et nous gardons toute notre malice pour nos contemporains. « Les persécutions pour les vivants, les honneurs pour les morts, sont, a dit un penseur, des preuves de la cruelle ambition des hommes. » Il faut bien se garder de pousser le culte des aïeux jusqu’à vouloir les ressusciter pour enterrer les vivants à leur place.

L’histoire a conservé les noms de deux hommes qui avaient adopté chacun une phrase qu’ils répétaient en toute occasion. L’un finissait tous ses discours par ces mots : Que Carthage soit détruite ! L’autre, dont la tête s’était reposée sur la poitrine du Sauveur, répétait sans cesse : Mes petits enfants, aimez-vous les uns les autres ! Ces deux hommes n’ont pas cessé de parler : ils parleront aussi longtemps qu’il y aura des hommes dégénérés et des hommes régénérés.

Quand on songe que, bientôt, et nous et tous nos contemporains, nous aurons disparu pour faire place à d’autres hommes qui disparaîtront à leur tour ; quand on se rappelle toutes ces générations qui, sorties du néant, ont passé rapidement sur la terre et sont allées disparaître dans l’éternité, on se demande comment il se fait que nous, hommes d’aujourd’hui, que la Providence fait passer en même temps ici-bas, nous nous haïssons, nous nous déchirons mutuellement. Et l’on voudrait faire entendre des paroles de paix qui couvrissent toutes les clameurs, tous les cris de haine, et voir