Page:Collin de Plancy - Les contes noirs - T2.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
3


quatre pieds, couronné de six petites cornes, et tenant en main une longue baguette noire. Ses vêtemens étaient bruns, et la couleur de son visage d’un roux très-foncé. La lèvre inférieure lui tombait sur l’estomac. Il paraissait fort vieux ; et le temps ne lui avait laissé que sept dents, quatre en haut et trois en bas, qui, longues d’un bon doigt, se croisaient admirablement et lui donnaient un aspect vraiment épouvantable.

Agrippa, tout intrépide qu’il était, frémit de peur, en voyant cette— physionomie extraordinaire, et voulut prendre la fuite ; mais le gros homme fit un signe avec sa baguette, et le nouveau venu eut beau pousser contre l’air, il ne put bouger de sa place. «» Ma mine t’efFraierait-t-elle ?… dit le maître de la grotte en souriant gracieusement ; sois tranquille, tu seras ici le bien reçu ; car j’ai de l’affection pour toi. — Qui êtes-vous